Préface aux « Nouvelles de l’île d’Yeu » par Marie de Hennezel

Préface aux « Nouvelles de l’île d’Yeu » par Marie de Hennezel

PREFACE

par Marie de Hennezel
Présidente de UNE ILE…DES AUTEURS

L’île d’Yeu suscite des coups de cœur, et des fidélités solides. C’est son charme. Sa magie, pourrait-on dire. Qu’on y soit né, qu’on soit issu d’une famille implantée depuis longtemps, qu’on l’ait découverte à l’occasion d’un séjour de vacances, qu’on ait rêvé d’y avoir une maison, qu’on soit islais ou non, on l’aime. On y est attaché d’une manière qui force le respect.

L’île d’Yeu est le personnage principal des nouvelles que vous lirez dans les pages qui suivent.

Présidente de l’association UNE ILE…DES AUTEURS, fondée en 2009, pour promouvoir les auteurs de l’île d’Yeu et faire connaître leurs livres, j’ai eu l’idée d’élargir les activités de l’association et de lancer un concours de nouvelles, pour encourager l’écriture des amoureux de l’ile.

Le concours était ouvert à tous, avec une seule règle : le récit devait se dérouler sur l’île et tenir en moins d’une quinzaine de pages.

Nous avons reçu 89 textes, un chiffre auquel j’étais loin de m’attendre et qui signe incontestablement le succès de cette initiative. Des textes émouvants, sensibles, poétiques, instructifs, documentés, pleins d’humour, étonnants parfois. Des histoires d’amour, des fictions puisants dans une imagination débordante.

Pourtant, aussi bien écrits soient-ils, ces textes ne répondent pas tous aux critères de la nouvelle, un genre bien particulier, auquel Roula El Jabri, présidente de l’association « Si j’écrivais » a initié les participants au stage qui s’est tenu sur l’île d’Yeu en mai 2014. Car la nouvelle n’est pas un petit roman, ni un récit de souvenir. C’est une histoire qui doit tenir le lecteur en haleine et avoir une « chute », un effet de surprise.

C’est sur ce critère, ainsi que sur la qualité de l’écriture, que le jury s’est prononcé. Réuni sous la houlette compétente de Bertrand de Saint Vincent, éditorialiste au Figaro, ce jury a été composé de dix personnes, cinq islais et cinq résidents, tous lecteurs, amoureux de l’île. Je sais le plaisir et l’émotion qu’ils ont éprouvé en plongeant dans la lecture des textes qu’ils ont reçus sous anonymat. Je sais combien la discussion a été riche et passionnée, et combien il a été difficile parfois de choisir. Mais un concours est un concours.

Le prix de la nouvelle 2015 a donc été décerné à M. Gérard Zenoni, auteur de la nouvelle intitulée « L’île de l’autre côté ». Je suis personnellement très heureuse de ce choix qui couronne une nouvelle émouvante, rendant un hommage discret mais réel aux 7 jeunes aviateurs britanniques qui ont donne leur vie pour notre liberté et qui sont enterres tous les sept, dans la même tombe, au cimetière de Port Joinville .

Vous trouverez également réunies dans ce livre onze autres nouvelles qui s’offrent comme les porte-drapeau, sorties des rangs, de cette petite centaine de textes reçus. Au delà de la sélection qu’il fallait bien faire, je veux rendre hommage à tous les auteurs qui ont pris la plume pour raconter ce qui se passe d’émouvant ou d’insolite sur ce petit bout de terre battue par les vents, pour dire leur attachement à l’île d’Yeu, la place qu’elle tient dans leur histoire et dans leur vie.

Ayant lu moi-même, les 89 nouvelles, j’ai le sentiment d’avoir parcouru un monde d’une richesse particulière. Ma joie est grande que cette envie d’écriture ait si largement fleuri et que le bouquet tiré de son ample massif soit d’une telle qualité.

Cher lecteur, l’île est là, sous de multiples facettes, je vous laisse la découvrir.


Les commentaires sont clos.