Le moulins de l’anglaise

Le moulins de l’anglaise

LE MOULIN DE L’ANGLAISE

Loic Canneva

 

Au début de l’été 1355, la vigie qui surmontait la tour de guet du vieux château de l’île d’YEU et qui surveillait les mouvements des vaisseaux anglais sonna le tocsin. C’était une véritable armada de vaisseaux anglais qui s’approchait de l’ile d’YEU sous les couleurs du PRINCE NOIR. Près de 3000 soldats anglais envahirent l’île .Tous les habitants se précipitèrent vers le vieux château pour se mettre à l’abri. Malheureusement le vieux château était déjà conquis. La bannière aux léopards flottait au sommet de la haute tour du château. Le capitaine du château et gouverneur de l’île avait été contraint de s’enfuir par mer en direction de LA ROCHELLE. Il faut aussi préciser qu’à cette époque le roi de France JEAN LE BON avait été fait prisonnier par les Anglais à la bataille de POITIERS et en avril 1357, soit deux ans après l’invasion de l’île d’YEU, il passait au large de l’île dans le vaisseau du PRINCE DE GALLES qui le transportait en Angleterre, captif du roi anglais EDOUARD III.

Nous ne pouvions donc rien attendre de notre roi de France et restions soumis à nos envahisseurs anglais. Tous les habitants de l’île étaient atterrés et terrorisées par cette horde de malfrats qui portaient des pantalons rouges et que nous appelions « LES HOMMES ROUGES ». Nous savions que le recrutement de ces hommes anglais se faisait dans les ports parmi les bandits de grand chemins et les voleurs. Ceux-ci en arrivant sur l’île ne pensaient qu’à piller, rançonner les habitants et violer les femmes.

EVE était propriétaire avec son frère GEORGES d’un moulin situé sur les hauteurs de KER CHALON. A la vue de cette invasion d’ennemis qui se répandaient dans le pays comme une nuée de sauterelles, EVE dit à son frère GEORGES : « Ferme bien la porte du moulin pour empêcher ces envahisseurs de rentrer ». EVE regarda entre deux planches à travers la porte et vit s’avancer au bout d’un moment un jeune officier anglais accompagné de deux matelots. Quelle ne fut pas sa stupéfaction de s’entendre dire en français : Bonjour, nous aimerions vous acheter un sac de farine ». EVE, stupéfaite, ne s’attendait pas d’une part à ce que l’officier anglais lui parle dans sa langue  et d’autre part qu’on lui demande « d’acheter » un sac de farine. En effet l’habitude la plus courante était de piller les lieux et d’emporter la marchandise sans payer….Méfiante, elle lui demanda de repasser le lendemain et à sa grande surprise, l’officier anglais accepta.

Le lendemain matin EVE et GEORGES retrouvèrent devant leur moulin l’officier anglais et ses deux matelots et ils leur ouvrirent leur porte. L’officier anglais se présenta et indiqua qu’il s’appelait WILLIAM, qu’il était l’adjoint du commandant de la troupe, et qu’il souhaitait établir de bonnes relations avec les habitants. La conversation s’engagea et l’officier anglais fut d’emblée très satisfait de ce premier contact. Il le fut d’autant plus qu’EVE était d’une grande beauté ce qui ne laissa pas WILLIAM indifférent … EVE ne resta pas insensible non plus au charme de WILLIAM qui lui parut très distingué et qui parlait parfaitement le français. Celui-ci prit l’habitude de venir très souvent au moulin pour rencontrer EVE. Un jour, il signifia à ses deux accompagnateurs qu’il n’avait plus besoin d’eux. En effet, Il voulait être seul avec EVE. Il prit l’habitude de commander de petites quantités de farine de manière à avoir un prétexte pour venir plus souvent au moulin.

Quelques temps plus tard, WILLIAM lui proposa de faire une expédition à la plage des VIELLES. Il avait remarqué qu’un navire s’était échoué sur cette plage après s’être fracassé contre les rochers. Le mat de cette épave pourrait remplacer la vieille poutre qui servait à orienter les ailes du moulin dans le sens du vent. EVE donna son accord.

EVE et GEORGES, ainsi que WILLIAM et ses deux accompagnateurs partirent donc un matin avec une charrette à âne et deux haches pour couper le mât. Ils marchèrent avec difficulté en direction du bourg de ST SAUVEUR puis des VIELLES sur des chemins étroits et sablonneux. La distance à parcourir d’environ deux lieues leur prit plusieurs heures. Le chemin du retour avec le mat fut encore plus laborieux. Le lendemain, ils enlevèrent la poutre détériorée et fixèrent le mât au toit du moulin. Cette opération améliora en effet les performances du moulin et augmenta encore les liens entre EVE et WILLIAM.

Sur une ile où tout le monde se connaissait, il était dangereux d’avoir des relations trop étroites avec l’ennemi. Effectivement le simple fait d’accepter d’être accompagné d’un « HOMME ROUGE» déclencha une série de remarques et de critiques à l’égard d’EVE de la part de plusieurs habitants de l’île et de ses parents. EVE s’efforça d’être prudente mais elle se rendit compte qu’elle était amoureuse et que personne ne l’empêcherait d’épouser WILLIAM. Ils décidèrent donc de se marier et le mariage fut organisé au VIEUX CHATEAU. Un scandale éclata sur l’île d’YEU ; tous les îlais y compris sa famille cessèrent toute relation avec les nouveaux mariés.

Quelques temps plus tard, WILLIAM fut muté à Londres et se trouva affecté à la cour du roi anglais EOUARD III. EVE accompagna son mari et se trouva, elle, affectée au service du roi de France JEAN LE BON qui était prisonnier.

Le traité de BRETAGNE rendit la liberté au roi JEAN LE BON et ce n’est que beaucoup plus tard qu’EVE et son mari revinrent à l’ile d’YEU et reprirent possession de leur moulin que l’on appelait désormais « LE MOULIN DE L’ANGLAISE ».